Afdrukversie

PRENONS NOS LUTTES EN MAINS ! - Dernier tract de Controverses diffusé dans les mouvements en France

 

 


Depuis notre prise de position sur les luttes sociales en Grèce (http://www.leftcommunism.org/spip.php?article147), Controverses s’est mobilisé pour intervenir dans tous les mouvements qui se sont développés depuis lors, et ce partout où il était présent et à la mesure de nos modestes moyens : http://www.leftcommunism.org/spip.php?article191. Ces interventions ont pris diverses formes : rédaction de plusieurs tracts, prise de parole et appels à la tenue d’assemblées générales sur les lieux de travail et dans les manifestations, appels à l’extension et l’auto-organisation des luttes, vente de notre revue, etc. Dans la mesure du possible, nous avons réalisé ces interventions en association avec d’autres groupes et éléments révolutionnaires. Ci-dessous, nous publions une actualisation du dernier tract que nous diffusons dans les manifestations qui se déroulent ces dernières semaines en France :


 

 

Chômeurs, Retraités, Précaires, Travailleurs, Lycéens, Étudiants :

PRENONS NOS LUTTES EN MAINS !

Ce gouvernement ou un autre n’a aucune solution sinon intensifier notre exploitation, encore et encore !

 

Le gouvernement de Sarkozy veut faire passer de 60 à 62 ans l’âge de départ à la retraite voire plus pour tous les salariés mais, depuis plusieurs semaines, les syndicats font mine de s’y opposer pour contenir la colère ouvrière alors qu’ils ont accepté le principe de cette ’réforme’. Bien que la loi soit sur le point d’être votée au Sénat, la rue crie son mécontentement : le nombre de manifestants est de plus en plus nombreux lors de chaque défilé dans toute la France. Les grèves se déclenchent désormais dans plusieurs secteurs et deviennent reconductibles : pétrole, transport, éducation, la Poste, etc.

Les étudiants et les lycéens comprennent qu’un monde vient de changer, qu’ils auront une vie de misère et qu’ils devront travailler plus fort et plus longtemps pour des retraites de misères. Ils se sont joints au mouvement, ce qui est d’une importance décisive pour le rapport de force entre la bourgeoisie et l’ensemble de la classe ouvrière car, après ces mesures d’austérité, il y en aura encore beaucoup d’autres étant donné la crise irrémédiable dans laquelle le capitalisme s’enfonce.

Cette nième attaque contre nos conditions de vie (la réforme allonge de deux ans - et plus pour certains - la durée de l’exploitation capitaliste et accroit la compétition entre nous pour trouver du travail) n’est pas un cas particulier de la France : en juillet, le gouvernement ’socialiste’ grec a fait passé ce même type de réforme. Là aussi la classe ouvrière a montré sa détermination dans la rue et dans des grèves. Il y a quinze jours, c’était la classe ouvrière en Espagne qui s’est manifestée de façon décidée contre sa bourgeoisie et, samedi passé, c’était les travailleurs italiens qui exprimaient leur ras-le-bol dans une grande manifestation à Rome (http://www.leftcom.org/it/images/activities).

Du fait de l’état économique désastreux du capitalisme, aucun pays n’est épargné et chaque gouvernement sera poussé à faire payer aux salariés les conséquences de la crise comme s’apprêtent à le faire l’Angleterre, la Belgique et d’autres pays encore. Un gouvernement ’socialiste’ ou même ’d’extrême-gauche’ ne changera rien à cela (cf. les mesures d’austérité du ‘socialiste’ Zapatero en Espagne). A Barcelone, les manifestants n’ont pas hésité à occuper une banque en plein centre ville. La classe ouvrière doit se méfier des slogans prometteurs d’où qu’ils viennent, du PS, du PC, du NPA. Elle doit aussi et surtout rejeter les discussions fermées entre les syndicats, le patronat et le gouvernement. Il s’agit aujourd’hui que la classe ouvrière se réapproprie le contrôle de ses luttes en instaurant des comités de grève élus et révocables par ses assemblées générales comme elle avait réussi à le faire lors du mouvement de masse en Pologne en 1980.

 

Une lutte importante

Comme la bourgeoisie est poussée par les lois de l’économie à faire aboutir cette nouvelle attaque, seul un mouvement décidé et offensif, qui lui coûte plus cher encore par l’arrêt de ses industries, peut l’obliger à faire un pas en arrière. Il faut donc établir un réel rapport de force solide en notre faveur – comme les arrêts de travail dans le secteur du pétrole et des transports commencent à le faire – et généraliser la grève par l’envoi de délégations massives d’ouvriers allant d’usines en usines et dans tous les secteurs possibles pour faire céder la bourgeoisie.

 

ASSEMBLEE GENERALE EN FIN DE MANIFESTATION

La lutte contre ces mesures est encore loin d’être gagnée, mais il faudra se battre encore plus fort en généralisant les grèves et tous les types d’action possibles. Si jamais la bourgeoisie française arrive à gagner, la porte est ouverte pour l’accélération de nouvelles attaques contre notre niveau de vie.

Même dans le cas d’un retrait de cette loi, allons-nous attendre bravement les prochaines attaques inévitables ? Allons-nous continuer à perdre notre vie à la gagner ? Quand allons-nous prendre enfin notre futur entre nos mains ? Nous avons un monde à gagner, une autre société à créer. Construisons dès maintenant le rapport de force en organisant des Assemblée Générale en fin de manifestation pour discuter entre nous, aller plus loin que la simple ’promenade’ pour ouvrir le dialogue sur des moyens d’action et de soutien, en dehors de tout encadrement syndical.

 

Controverses – Forum pour la Gauche Communiste Internationaliste : www.leftcommunism.org.

Le 19/10/2010

Imprimerie spéciale. Ne pas jeter sur la voie publique