Versión para imprimir

TCI : Sur les événements douloureux du passé

Rapport sur l’Assemblée Générale annuelle du Parti Communiste Internationaliste (Battaglia Comunista), mai 2009

 

Nous publions ici la traduction d’un texte de la Tendance Communiste Internationaliste (http://www.leftcom.org/fr) répondant aux critiques formulées par leurs ex-membres (http://www.leftcommunism.org/spip.php?article180) ayant formés l’Istituto Onorato Damen (http://www.istitutoonoratodamen.it/).

 

À la dernière Assemblée Générale du parti eut lieu un épisode désagréable : l’expulsion de notre section de Catanzaro de ses rangs. Le but de cet article est de tenter d’identifier et de clarifier les questions politiques - si elles ont réellement existées - à la base de cette rupture.

Les critiques soulevées par la section de Catanzaro contre le reste de l’organisation comprenaient les questions suivantes :

1- le fascisme et l’antifascisme ;
2- les méthodes et les organisations d’un parti de classe ;
3- les origines historiques et le rôle du parti de classe ;
4- l’interprétation correcte de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit ;
5- l’impérialisme et les luttes de libération nationale.

Le premier problème est que, plus les camarades qui ont tenu ces positions les ont accentuées – accusant le reste de l’organisation de s’éloigner de la tradition internationaliste dans une « dérive gauchiste » –, plus ils ont refusé de produire des documents expliquant leurs critiques. Leurs conclusions – sauf sur la question de la baisse du taux de profit – furent tout simplement tirées de très brèves citations, dans certains cas tronquées de manière opportuniste, prélevées de divers tracts ou articles. Malgré les nombreuses occasions d’en discuter (par exemple à l’Assemblée Générale de 2008), ils n’ont jamais été plus loin que l’envoi de brefs courriels (emails). Ils nous ont ensuite accusé d’éviter la discussion (par voie de courriels) ou de ne l’avoir tenue que superficiellement. Leur accusation était si sérieuse – la prétendue dérive gauchiste ou mouvementiste du Parti Communiste Internationaliste – qu’elle ne pouvait être adressée par un simple ‘échange ping-pong’ de courriels ; l’allégation était donc absurde. La seule façon de traiter sérieusement la question était la discussion en Assemblée Générale, qui est l’équivalent d’un congrès. Prenant avantage du ton acrimonieux du débat, ces camarades se retirèrent de la vie interne du parti et des lieux où une discussion adéquate pouvait avoir lieu. Ils démissionnèrent en premier lieu du Comité Exécutif, puis du Comité de Rédaction et en arrivèrent enfin au mois de mai, à refuser catégoriquement de défendre leurs positions, en ne participant pas au principal forum de discussion de l’organisation : son Assemblée Générale.

La plus grande partie des membres du parti ne pouvait que constater le refus de ces camarades de se présenter – même si l’Assemblée Générale était consacrée aux questions qu’ils avaient soulevées – et ne purent faire autrement que de reconnaître cet état de faits avec leur expulsion de l’organisation. En fait, par leur comportement, ces camarades s’étaient eux-mêmes déjà placés hors du parti, et on n’a pu faire autrement que d’en prendre acte et de décider leur expulsion.

Cependant, la même Assemblée Générale fit face à toutes les accusations qu’elle avait reçues avec clarté et sérénité et, en l’absence des accusateurs, le débat fut très franc et ouvert. En voici brièvement le contenu :

 

Fascisme et antifascisme

 

La thèse de l’accusation

L’article mis en cause, qui démontrerait la dérive de notre organisation dans une direction proche de l’antifascisme démocratique était « Cœurs rouges et cœurs noirs », paru dans Battaglia Comunista (10-2008).

Sur l’article en question, il fut suggéré que l’auteur et le parti avaient tendance à sympathiser avec l’un des camps dans la guerre impérialiste, à soutenir les luttes de libération nationale et à trahir le défaitisme révolutionnaire en prenant partie pour la faction impérialiste qu’ils considéraient la plus progressiste.

 

La réponse de l’Assemblée Générale

L’équidistance des révolutionnaires en relation avec les deux camps de la guerre impérialiste [la Seconde Guerre mondiale – note du traducteur] n’était pas équidistante par rapport à la base des partisans car ils croyaient défendre la cause des exploités contre ceux qui soutenaient le fascisme (même s’ils ont été piégés dans des formes idéologiques bourgeoises et qu’ils finiront dans les bras de l’ennemi de classe). Un des premiers efforts de la propagande internationaliste fut de soutirer le premier groupe à l’influence du réformisme, ce qui était possible, alors que ce ne l’était pas chez le second. En effet, durant les années 40, nos camarades sont intervenus parmi les partisans et non parmi les républicains [1] ; et c’est pourquoi les staliniens les ont persécutés [2].

Même s’ils représentent deux formes du pouvoir et de l’oppression bourgeoises, nous ne devrions jamais mettre sur le même pied le fascisme et la démocratie, puisqu’en fait ce sont deux formes différentes de domination capitaliste. En combattant les deux, nous devons établir leurs différences. Si nous combattons la démocratie en tant que « meilleur cadre d’exercice du pouvoir bourgeois », de la même manière nous devons dire que nous combattons le fascisme comme étant la face la plus brutale de l’anticommunisme capitaliste. De toute façon, on ne peut combattre l’une ou l’autre, si l’on ne combat pas le capitalisme dans son ensemble. Le fascisme et la démocratie sont toutes les deux des superstructures, des politiques et des idéologies du capitalisme qui doivent être combattues et, de ce point de vue, ils sont tout à fait de même nature. Mais ils ont des caractéristiques différentes et ainsi, à certains égards, sont placés à différents niveaux, ce que les révolutionnaires ne doivent pas ignorer.

Nous sommes toujours anticapitalistes, quelle que soit la forme que l’administration du capitalisme peut épouser. Le fascisme est le principal instrument de préservation du pouvoir bourgeois lorsque la lutte des classes s’intensifie. Nous caractérisons alors notre opposition révolutionnaire « d’antifascisme de lutte de classe », elle représente notre résistance à la forme que le capitalisme se donne dans une période historique particulière comme alternative à la démocratie.

Durant les crises, ce sont nous, les internationalistes qui pouvons et devons regrouper les éléments de la classe ouvrière qui soutiennent des positions anticapitalistes, et ce serait donc une erreur de suivre la bourgeoisie sur son propre terrain, celui de l’antifascisme. Ce qui manquait à l’article était que le mouvement des partisans ne fut pas présenté en tant que force au sein d’un des camps impérialistes dans ce conflit. L’auteur, notre camarade Giacomo voulait souligner les caractéristiques différentes des idéologies fascistes et antifascistes, différences qui ont mené les internationalistes à intervenir en direction des partisans et, de toute évidence, non vers les fascistes. Les limites de l’article furent de ne s’en tenir qu’aux idéologies. Cette insuffisance donna l’impression que les mouvements de masse comme le fascisme ou les partisans n’étaient jugés que pour leur contenu idéologique. Si la phrase avait été plus claire, elle aurait démontré l’abîme qui nous sépare de ces deux idéologies et, par conséquent, des deux fronts impérialistes. Cette distance fut clairement réaffirmée par l’Assemblée Générale et par Giacomo lui-même.

De toute façon, les camarades de Catanzaro, qui siégeaient alors au comité éditorial, auraient dû faire clairement connaître leurs critiques à Giacomo, suspendre la publication de l’article et le faire paraître ultérieurement avec les modifications appropriées. Les camarades de Catanzaro ont plutôt choisi de publier l’article d’abord et de le critiquer ensuite.

 

Les méthodes et les instruments du parti dans la classe (un réseau de groupes agissant indépendamment du parti ?)

 

La thèse de l’accusation

« …la lutte pour nos conditions de vie et de travail passe par une lutte sans compromis contre ce système, une lutte qui requiert inévitablement des formes et des méthodes incompatibles avec la pratique des syndicats (comités de lutte et assemblées territoriales du type des mouvements No Tav/No Dal Molin). » [3] (tract pour la grève de la CGIL – Confédération générale des travailleurs italiens – du 13 février 2009)

« Il est presque impossible de ne pas noter ici que tandis que le parti a littéralement disparu, de même que ses organisations d’entreprises et territoriales, vous soutenez que les outils essentiels pour mener une lutte de classe consistante en défense des conditions « de vie et de travail » sont des comités de contrôle et pire encore, des « mouvements citoyens » tels que « No Tav » et « No Dal Morin », qui sont par définition interclassistes par contenu et par composition de même que par les objectifs sociaux qu’ils espèrent atteindre. Selon notre opinion, cette position n’est pas sans rappeler l’appel lancé par L. visant à mettre sur pied un réseau de groupes territoriaux et d’usines ainsi qu’une ligue étudiante (au moins cet appel s’adressait à des travailleurs et des étudiants internationalistes !), indépendants et à côté du parti, l’été dernier. Il est plutôt déconcertant que ce tract fut approuvé malgré le fait que le comité exécutif avait à l’époque rejeté cet appel (…). »

Nous sommes convaincus cependant, comme notre plateforme politique et syndicale l’avait préalablement exprimé, que sans la présence organisée du parti dans les lieux de travail et les localités (les groupes internationalistes d’entreprises et territoriaux) comme point de référence, même les plus anticapitalistes de ces groupes disparaîtront avec la fin de la cause leur ayant donné naissance. C’est pourquoi, il nous semble que le fait de croire, comme il est affirmé dans le tract, qu’ils peuvent être des outils essentiels dans la poursuite d’une pratique « incompatible avec les syndicats » n’est pas réaliste et est le résultat d’une approche clairement mouvementiste sur la question de l’intervention et sur la relation entre le parti et la classe.

 

La réponse de l’Assemblée Générale

Sur la critique du tract – et en ne tenant pas compte du fait que le tract, tout comme l’article de Giacomo, fut critiqué après sa publication et sa distribution – il fut réaffirmé, comme il le fut souvent durant les semaines précédent le débat, que la phrase était certainement regrettable mais qu’il aurait été suffisant de la réviser sans tomber dans le drame. La référence au type de mouvements comme No Tav / No Dal Molin exprimait l’opportunité et le besoin d’un possible mouvement de lutte des classes. Une lutte qui « requiert inévitablement des formes et des méthodes incompatibles avec la pratique des syndicats » et ne reste pas confinée aux limites d’une entreprise ou d’une catégorie mais s’efforce immédiatement de s’étendre au-delà de son secteur immédiat, comme No Tav / No Dal Molin tenta de le faire. Cette interprétation aurait certainement pu être exprimée plus clairement. Cela ne voulait pas dire que les mouvements No Tav / No Dal Molin étaient ouvriers, ou que la classe peut produire une conscience révolutionnaire en l’absence de groupes d’entreprises et territoriaux et d’un parti organisé dans ces mêmes entreprises et territoires, ou encore que No Tav / No Dal Molin est la configuration du mouvement auquel nous aspirons. Le texte n’avait en fait utilisé ces mouvements que comme des exemples d’extension organisationnelle des luttes sur une base territoriale.

Néanmoins, nous devons clarifier au moins trois questions. La première est qu’il nous semble que c’est au moins une illusion de penser qu’un mouvement prolétarien, surtout à ses débuts, peut apparaître dans une forme « pure ». Les premières formes de lutte des classes, surtout après trente années durant lesquelles cette lutte des classes a déclinée, peuvent facilement être « contaminées » par des mouvements aux mots d’ordre interclassistes, contre lesquels notre responsabilité se doit de présenter une opposition suffisamment claire de manière à développer dans le prolétariat la conscience révolutionnaire de ses propres intérêts de classe. La seconde clarification est que les assemblées sont des instruments organisationnels de la lutte de classe prolétarienne et un terrain intermédiaire entre le parti et à la classe où nous pouvons intervenir, par le biais de nos membres organisés dans les entreprises et les quartiers, afin de gagner la direction de la classe ouvrière. Ici, l’accusation commet une erreur sérieuse : les groupes d’usines sont les outils d’intervention du parti dans la lutte des classes et non pas les instruments de la lutte des classes comme tels. Il y a et il y aura toujours des assemblées prolétariennes, qui se réunissent aujourd’hui dans le contexte de la lutte contre les attaques des patrons, et qui demain pourraient constituer, d’une part la base de la construction du sujet de la révolution communiste, si le parti est capable de les diriger, et d’autre part l’établissement des futurs instruments du pouvoir prolétarien. Cette confusion entre les formes organisationnelles à travers lesquelles la lutte des classes s’exprime et les outils que le parti se donne pour y intervenir, semble bien résumer la position des camarades de Catanzaro qui tendent de sous-estimer systématiquement les questions réelles de l’intervention dans la classe. La troisième et dernière clarification est qu’il n’y a jamais eu « d’appel lancé par L. visant à mettre sur pied un réseau de groupes territoriaux et d’usines ainsi qu’une ligue étudiante, indépendants et à côté du parti ». Les camarades de Catanzaro ont dans ce cas complètement dénaturé un autre tract, mais, malgré de nombreux rappels de faits, ils n’ont pas cessé d’utiliser ce faux argument. La question de la « mise en réseau » de groupes fut discutée au comité exécutif de façon exhaustive, comme le fut celle de la ligue de la jeunesse. Mais, tout cela est parfaitement conséquent avec leur attitude qui s’est développée ces dernières années, qui cherche toujours à déformer et à falsifier de façon éhontée les positions des autres.

 

Les origines historiques et le rôle du parti de classe (le parti né de la lutte des classes et ses organisations)

 

La thèse de l’accusation

« Un des points cruciaux, l’obstacle contre lequel souvent des tentatives et des approches échouent, est l’incompréhension du rôle que le parti… doit avoir pour introduire une conscience de classe claire au sein du prolétariat. »

« Il faut remarquer dans la phrase ce qui suit : « …introduire une conscience de classe claire… », car elle suggère de voir la classe comme quelque chose d’objectivement acquise puisqu’elle ne serait qu’un élément passif dans la production de la conscience révolutionnaire, un simple contenant que le parti, vu comme une espèce d’usine à conscience en soi ayant la mission de remplir. » (Catanzaro, le 4 décembre 2008)

« L’article écrit par D.C., « Riposter en tant que classe aux attaques du capital en crise », réitère l’affirmation selon laquelle les travailleurs, spontanément et avec un coup de pouce du parti, qui serait toutefois toujours en construction, puissent créer une organisation « à l’extérieur et contre la logique de la négociation pure comme seul but de la lutte, une organisation indépendante et libre des contraintes syndicales, etc. et qui ne se laissera influencer ni par les conceptions du genre anarcho-syndicaliste, ni par les appels de type radical ou maximaliste. » En pratique, cela confirme la validité des conclusions du tract et ultimement, de l’argument de D.C. dans son pamphlet « Lutte de classe, État politique, etc. » dans lequel il déclare : « Le conflit entre le prolétariat et la bourgeoisie lorsqu’il se développe en lutte ouverte, classe contre classe, prend un aspect clairement politique : l’organisation de la classe prolétarienne se transforme en parti politique. Porté à son expression la plus élevée, elle mène à un conflit social et culmine en révolution totale. » F.D., quand à lui, lors d’une discussion écrite avec la Fraction du Courant Communiste International a affirmé : « ainsi, la conscience [révolutionnaire – note de l’éditeur] n’arrive pas de l’extérieur, le parti n’est pas un corps étranger dans la classe, mais tous les deux sont les fruits de la lutte des classes à travers l’histoire.» Que le parti ne devrait pas être un corps étranger dans la classe est correct, mais de dire que la conscience communiste est le produit de la lutte des classes et est donc spontanée ne semble pas se conformer beaucoup à la conception léniniste du parti ou avec ce qui a été confirmé par l’histoire du mouvement ouvrier. » (Catanzaro, le 15 avril 2009)

 

La réponse de l’Assemblée Générale

Comme avec les autres questions, les camarades de Catanzaro ont produit un collage plutôt douteux et ‘suggèrent’ que le parti est à la dérive puisqu’il dit que le parti et la conscience sont « un produit de l’histoire et donc de la lutte de classe spontanée ». À part le fait que nous ne comprenons pas pourquoi un produit historique doit automatiquement être spontané (tout événement humain est un produit historique, produit par l’histoire des êtres humains qui y participent, quelques fois involontairement, quelques fois consciemment), les mêmes camarades qui sont « accusés » ont produit des documents-clés qui n’ont jamais soulevé de telles critiques.

Cela dit, il fut réitéré que personne dans l’AG n’endosse ou ne soutient le conseillisme, qui nie le rôle essentiel du parti et il fut décidé que la discussion sur cette question doit être approfondie à tout points de vue. Il y a donc eu discussion sur ce sujet.

De toute façon, deux choses doivent être considérées : la première est que derrière ces critiques il y a manifestement de la mauvaise foi, puisqu’une lecture sérieuse des articles en question démontre que leur argument n’a jamais été ce que les camarades de Catanzaro ont voulu mettre dans la bouche de leurs auteurs. La seconde est que même s’il est très clair qu’il n’y a pas de dérive du parti en cette matière, nous devons noter qu’en fait, ici et là, il y a quelques fois des imprécisions dans le vocabulaire utilisé. Cela est tout à fait normal dans un groupe constitué d’être humains et non d’entités supérieures. Bien entendu, cela ne doit pas servir de prétexte à négliger les questions théoriques et politiques, mais en même temps, cela ne donne pas le droit aux camarades de Catanzaro de porter un jugement sur quiconque, ni d’être les prêtres ou les gardiens de l’orthodoxie. De toute évidence, toutes les critiques ne furent pas erronées, mais même dans ce cas, elles ont été déformées et ont dégénérées dans un esprit de critique préconçue évident.

Si nous utilisions la même méthode, c’est-à-dire la déformation et l’exagération, nous pourrions trouver plusieurs poutres dans les yeux des camarades de Catanzaro, telles celles signalées par Fabio sur la question de la baisse du taux de profit. La question de la plus value absolue est passée, comme d’habitude, d’un extrême à l’autre, l’attribuant d’abord à l’économie allemande dans son ensemble, puis la niant plus tard, pour la voir réapparaître dans un des derniers articles parus dans la version de Battaglia Comunista éditée à Catanzaro (sous la signature de U.P.). Pour ouvrir une parenthèse, ce même camarade évoqua un retour de la plus value absolue en tant que délégué au Congrès de 1997.

 

Une interprétation correcte de la loi de la baisse tendancielle du taux de profit

 

À cause de la nature de ce sujet, l’AG a décidé de ne pas le traiter en profondeur, mais y consacrera un article dans la prochaine édition de Prometeo  [4]. Pour le moment et en résumé, nous nous contenterons de dire que l’approche de nos anciens camarades de Catanzaro renie non seulement celle prise par le parti depuis des décennies, mais aussi la méthode utilisée par Marx dans le Capital , dans les Grundrisses , dans la Théories de la plus-value et dans tous les autres textes se référant à la question. Pour l’ancienne section de Catanzaro, la plus-value relative est la plus importante contre-tendance à la baisse du taux de profit moyen, alors que pour Marx (et dans la réalité), elle est le plus important accélérateur. De toute évidence, le ratio de la plus-value relative, l’accumulation et la baisse du taux sont en relation dialectique, mais Marx n’a en aucune manière argumenté la question comme nos ex-camarades le font maintenant.

 

L’impérialisme et les luttes de libération nationale

 

La thèse de l’accusation

« Nous ne partageons pas la distinction entre l’impérialisme "qui vient du dehors" et l’impérialisme national "qui vient de l’intérieur" ou entre "l’impérialisme attaqué" et l’"impérialisme agresseur". Nous pensons que ces formulations sont erronées et qu’elles contredisent ce qui est dans la plate-forme de notre parti, qui traite à la fois la bourgeoisie des pays périphériques et ceux des centres métropolitains comme une seule classe internationale de capitalistes… Considérant, toutefois, que la pratique du défaitisme révolutionnaire n’a jamais été remise en question, nous croyons qu’il est de notre devoir d’apporter le plus grand soin à la formulation de ces questions délicates pour empêcher que des personnes extérieures à l’organisation puissent en déduire, par exemple, notre soutien à l’Iran. »

 

La réponse de l’Assemblée Générale

Les camarades de Catanzaro ont écrit ce qui précède en 2007 (la version complète se trouve dans le bulletin interne numéro deux).

Tout d’abord, nous ne pouvons pas manquer de remarquer deux choses. La première est que l’Assemblée Générale annuelle de 2008 s’est tenue quelques mois plus tard. Or, pourquoi ces camarades n’ont-ils pas soulevé la question lors de ce forum ? La seconde est qu’une fois de plus, dans ce cas, ils commencent par des citations composées uniquement de mots (pas même de phrases entières) isolés de leur contexte afin de parvenir à des conclusions qui n’ont jamais réellement été exprimées.

Dans tous les cas, l’Assemblée Générale annuelle a réagi de manière appropriée. Les positions classiques du parti ont été réitérées dans ce cas aussi. La bourgeoisie de chaque pays périphérique fait partie de la bourgeoisie internationale et en tant que telle participe à l’exploitation internationale du prolétariat et à la lutte inter impérialiste. L’impérialisme est un stade de développement du capitalisme et toutes les bourgeoisies sont impérialistes. La distinction entre « l’agresseur » et « l’agressé » se réfère simplement aux faits : dans le déroulement de la lutte inter impérialiste, il y a certains épisodes dans lesquels certaines bourgeoisies jouent le rôle de « l’agresseur », comme les États-Unis pour l’invasion de l’Irak, par exemple. Établir cette distinction ne signifie pas accorder son appui à une fraction de la bourgeoisie dans cette guerre (la bourgeoisie irakienne en l’occurrence). Dans tous les cas, les internationalistes appellent à l’autonomie politique du prolétariat, à la lutte de la classe prolétarienne contre toutes les bourgeoisies, à l’internationalisme prolétarien et à la révolution communiste comme seul moyen de lutte contre l’impérialisme, ce qui exclut tout soutien à une fraction bourgeoise.

C’est ce qui a été dit lors de l’AG et en particulier par Fabio en réponse aux accusations de Catanzaro. Contrairement à la crainte des camarades de Catanzaro qu’un soutien à l’Iran pourrait être déduit par des personnes à l’extérieur de notre organisation, Fabio a écrit dans « Les éléments de classe dans la crise irakienne » : « Certes, nous ne développerons pas la formation de l’avant-garde communiste en Irak, ou dans tout autre pays du Moyen Orient, en appelant les masses prolétariennes à lutter juste pour la démocratie contre l’occupation de l’impérialisme américain, ou de soutenir les diverses composantes bourgeoises de l’intégrisme ... Ce n’est pas non plus notre thèse, qui est soutenue par les révolutionnaires locaux habituels, que tout acte concret d’opposition contre l’arrogance de l’envahisseur est en soi un acte de lutte anti-impérialiste. L’histoire de la lutte des classes a amplement démontré que le seul anti-impérialisme possible est anticapitaliste, tout le reste est, et reste dans le cadre capitaliste et bourgeois, conservateur par nature et réactionnaire dans ce cas. » Qu’est-ce qui pourrait être plus clair que ça ...?

 

Conclusion

 

Comme il a été abondamment démontré, il n’y a pas de changement dans les positions de l’organisation. Les raisons qui ont conduit les camarades de Catanzaro à quitter l’organisation peuvent alors se réduire à trois possibilités:

1. Le refus de quelqu’un qui aspirait à jouer un rôle de premier plan dans l’organisation d’accepter les principes du centralisme démocratique, ou plutôt l’émergence d’une personnalité mécontente qui, tout en étant l’un des leaders, n’a pas hésité à briser notre micro organisation et à créer quelque chose de différent, par lequel son besoin d’épanouissement individuel et sa reconnaissance a finalement été satisfait ;

2. ou - que oui - un type de purisme contre toute déviation (un purisme erroné, cependant) et à la recherche psychotique de toute erreur, imperfection, ou imprécision, a mené le parti à la paralysie qui a caractérisée ces dernières années, avec le résultat, pour les scissionnistes de tenter sur des positions purement philosophiques, de « restaurer la doctrine marxiste » purgée même des plus petites « impuretés », mais naturellement en dehors de toute pratique concrète et matérielle ;

3. ou, plus probablement, ces deux facteurs se sont infiltrés dans la section de Catanzaro, qui s’est positionnée en super champion et en défenseur du parti, mais a évité tout, même les règles les plus élémentaires du centralisme démocratique, a saboté le travail du parti et, jusqu’à la fin, a refusé de faire valoir les motifs de la rupture avec rien de plus substantiel que quelques lignes tirés de leur contexte.

Enfin, nous pouvons dire qu’il y pour l’essentiel deux leçons à tirer de l’expérience : La première est que nous ne devons jamais délaisser le travail de formation et de préparation des camarades, l’étude et la recherche dans l’adhésion continu à la méthode marxiste et la cohérence de ses positions. La seconde est que nous ne devons jamais tolérer un climat qui nie le centralisme démocratique et le fait que la pleine liberté de discussion puisse se développer dans le parti. Comme plusieurs des questions soulevées par les camarades de Catanzaro auraient pu être résolues par un simple débat au moment opportun, cela aurait facilité la correction d’erreurs possibles et l’identification des voies par lesquelles tous les camarades puissent apprendre de ces erreurs. Si seulement ces questions avaient été traitées à temps… Si seulement il y avait eu une intention de mettre les intérêts du parti au dessus des intérêts personnels.

Le parti est constitué de personnes qui comme telles sont capables d’erreurs. Aussi longtemps qu’un groupe organisé existe, ce que nous souhaitons être pour longtemps, il est concevable que nous devrons traiter de problèmes semblables qui sont d’une part la nécessité d’améliorer la préparation des camarades, et d’autre part, de «contenir» ceux et celles qui, consciemment ou non, prépare la destruction du seul pôle de regroupement du futur parti révolutionnaire à l’échelle nationale et internationale : le Parti Communiste Internationaliste et le Bureau International pour le Parti Révolutionnaire [5].

 

Notes additionnelles à l’intention des lecteurs francophones

La mesure d’expulsion a été votée contre six compagnons de la section de Catanzaro et un camarade de la province de Salerne qui avait décidé de ne pas participer à l’AG. Le fait qu’ils aient constitué l’Institut Onorato Damen le 30 avril, donc avant l’AG, a fait que l’expulsion n’était plus qu’une formalité.

Il y avait trois camarades de Catanzaro au Comité de Rédaction, dont deux siégeaient aussi au Comité Exécutif, donc tout le matériel (articles et brochures) passait dans leurs mains avant la publication.

Le tract dont il est question au second point ci-dessus fut distribué à Naples pour annoncer une réunion publique. Pendant cette réunion, nos positions furent réitérées : le besoin d’un parti de classe ainsi que de groupes internationalistes d’usines et territoriaux.

Sur la question de la Ligue étudiante, il s’agissait d’une proposition vieille d’un an, mise en avant par l’un de nos plus jeunes sympathisants. La question d’une Ligue de la jeunesse communiste a, par la suite, été discutée au Comité Exécutif et le jeune sympathisant (maintenant membre) a réalisé à quel point c’était un projet illusoire et potentiellement opportuniste.

 

[1Lorsqu’on parle de républicains ici, il s’agit des fascistes de la République de Salo ; le dernier bastion de Mussolini dans le Nord de l’Italie (1943-1945).

[2Deux camarades du Partito Comunista Internazionalista, Mario Acquaviva et Fausto Atti seront assassinés par le parti stalinien de Togliatti en 1945.

[3Il s’agit de mouvements populaires qui s’opposent à l’élargissement de la base de l’armée américaine à Vicenza (Veneto) « Dal Molin » et au train à grande vitesse (treno ad alta velocità-TAV) à Val di Susa dans les Alpes du Sud.

[4 Prometeo est la revue théorique du Partito Comunista Internazionalista.

[5Devenu depuis, la Tendance Communiste Internationaliste lors d’une réunion tenue les 26 et 27 septembre 2009, à Milan.